Facebook: la prudence est de mise

Je suis toujours étonnée de lire tout ce que vous écrivez sur Facebook. Malgré mon horaire occupé, je ne manque jamais de faire une veille sur mon fil d’actualité. J’y vois toutes sortes de choses: photos de voyages, pensées du jour, élucubrations diverses, critiques sociales, partages de pages Web, etc.

Vous avez sans doute déjà entendu ou lu à plusieurs reprises des mises en garde sur l’utilisation des médias sociaux. En voici une autre, commentée grâce à des exemples pris directement de mon fil d’actualité.

Vérifiez les paramètres de votre profil

Vos amis sont vos amis. Mais qu’en est-il des amis de vos amis? Voici un petit exercice à faire. Allez sur Facebook via votre ordinateur et ouvrez une session. Ensuite, cliquez sur la petite roue d’engrenage en haut à droite et ensuite sur Confidentialité.

Les personnes qui devraient avoir accès à votre contenu sont uniquement vos amis. Ce sont aussi seulement ces derniers qui devraient pouvoir vous retrouver avec une recherche. Vérifier le tout sur votre profil, vous pourriez être surpris! Cette configuration n’est pas celle par défaut, alors si vous n’êtes jamais allé dans vos paramètres, il est fort probable que n’importe qui a accès à vos informations. Je vous invite à faire cette vérification aussi sur le profil de vos enfants. Ils ne sont malheureusement pas assez prudents et publient très souvent n’importe quoi.

De grâce, ne publiez pas n’importe quoi

Avouons que c’est tentant de dire à tout le monde dans combien de dodos vous partez vous faire dorer la couenne au soleil. Au moins une fois par semaine je vois ce genre de message « Dans 2 jours je pars au Mexique! Yahooooooooooo! » ou encore « Patience… Cuba, j’arrive! ». J’ai déjà aussi lu « Je quitte pour 4 semaines en Amérique du Sud. Serai joignable via Facebook uniquement. »

Réfléchissez quelques instants à la portée de ce type de messages. C’est exactement comme si vous disiez à tout votre voisinage « Je serai absente, ma maison sera vide. » C’est un bel appel aux voleurs de tout acabit. Votre assureur sera d’accord avec moi si je vous conseille de parler de votre voyage seulement à votre retour. Dans un même ordre d’idées, lorsque vous mentionnez que vous êtes maintenant l’heureux propriétaire du système cinéma maison du siècle, avec photos en prime, ce n’est peut-être pas la meilleure idée du monde.

Ai-je besoin aussi de vous rappeler de faire attention au type de photos que vous publiez? Une de mes amies Facebook, qui est en fait une ancienne cliente, vient tout juste de changer sa photo de profil pour une photo que je pourrais qualifier de coquine. La photo est magnifique, certes, mais je suis mal à l’aise de l’avoir vue dans cette position, pour ne pas faire de mauvais jeu de mots.

Un adage populaire nous a appris de tourner notre langue sept fois avant de parler. Personnellement, je vous conseille de survoler votre clavier sept fois avant de publier un statut ou une photo. Faites attention également à la qualité de votre français. Les paroles s’envolent, mais les écrits restent!

Protégez votre identité

Je dis souvent que les médias sociaux sont une réponse au besoin de reconnaissance de leurs utilisateurs. C’est entre autres pour ça que les jeunes en sont aussi friands. Ils aiment ça être les meilleurs, montrer leurs prouesses et se faire dire qu’ils sont « hot » ou « trop cool ». Ils adorent aussi se faire dire « Heureux anniversaire! » par leurs 924 amis.

Lorsque vous rendez publique votre date d’anniversaire, même si vous n’y publiez pas l’année, c’est une ouverture au vol d’identité. Quand vous irez changer les paramètres de confidentialité de votre profil, prenez donc le temps d’aller cliquer sur « Ne pas afficher ma date de naissance dans mon journal » dans vos Infos générales. Vous recevrez moins de vœux d’anniversaire, mais vous protégerez davantage votre identité.

Vous me trouvez peut-être un peu trop prudente, mais je conseille aussi à mes amis de ne pas publier d’information avec des dates précises, comme des dates de mariage, ou des détails sur les enfants. Tout dépend bien sûr de qui sont vos « amis ». Dans mon cas, j’ai opté pour un profil personnel à utilisation professionnelle. Vous ne serez donc pas surpris si je vous dis qu’en date de février 2013, j’ai 700 amis. Mais n’y cherchez pas de photo coquine, ni ma date d’anniversaire, car je survole toujours mon clavier sept fois avant de publier quoi que ce soit ce soit.

À bientôt!

[NDLB: Cet article a été écrit pour Le Lien Express, qui est le bulletin électronique des diplômés de l’UQAR.]

Bookmark and Share

7 Responses

  1. Excellent!!!
    Je suis très déçue que mon cours Confidentialité sur Facebook n’ait pas eu suffisamment d’inscriptions pour être lancé, alors que je finis TOUJOURS par devoir expliquer ces règles de base dans TOUS mes cours sur le marketing sur les réseaux sociaux.
    Je nuancerais toutefois à l’utilisation de listes de publication plutôt qu’à créer deux profils distincts.
    C’est certains que ça limite le choix de photos de couverture et de profil, mais c’est une excellente façon de régler tous les problèmes que tu soulignes ici.
    Dans le cas où on s’identifie comme entreprise, comme dans ton exemple ci-dessus, cela va carrément à l’encontre des règles d’utilisation de Facebook.
    Un excellent article a été publié par Mathieu Laferrière pour l’utilisation personnelle de Facebook où il suggère de classer nos amis par niveau de confiance qu’on leur porte.

  2. Merci Emmanuelle pour ton commentaire! Facebook permet en effet la gestion de nos « amis » et publications avec des listes, mais je n’en fais pas usage car je ne diffuse justement rien de trop personnel. Parlant de personnel VS professionnel, j’aurais dû être plus spécifique concernant mon propre profil. Il est à usage « professionnel » mais pas pour me vendre, mais plutôt pour mieux partager des informations sur ma région, les médias sociaux et le marketing. Ma page Fan du Curves Joliette fait le boulot de vente amplement!
    Tu n’avais pas fait un billet sur Facebook à usage professionnel sur ton propre blogue? Partage nous le lien!

  3. Très bon billet qui résume bien les différents « faux pas ». Je me suis permis de le partager sur la page fan du CLDEM.

    Lors de ma formation en médias sociaux, nous avons abordé ce sujet de long en large et j’ai partagé à l’équipe interne.

    Là, j’ai commencé à sensibiliser mon fils ainsi que mes neveux et nièces. Je les prends un à un et je passe à travers leur Facebook. Ils sont souvent surpris des informations que l’on peut y trouver!

  4. Excellent article Mme Manseau !

    je trouve que Facebook devrait aussi ajouter une option pour retirer son nom de toutes recherches. Jusqu’à date on le limite à : permettre la recherche par ‘amis’.

    J’utilise principalement ma page perso pour garder contact sans plus. Je suis plutôt du genre émetteur 🙂 . Pour ce qui est du reste les ‘Pages’ facebook font l’affaire. Bon seulement 17% des abonnés voient les mises à jour mais je m’éloigne du sujet.

    Je pense que FB se marie bien avec LinkedIn. Séparer le privé du Professionnel. J’ai récemment ‘clearer’ beaucoup de monde de mon FB pour les retrouver sur LinkedIn !

    Au sujet des photos et bien il faut faire attention aux droits d’utilisation impressionnants de Facebook. La photo coquine peut donc être utilisée sans préavis par un créateur d’application Facebook. Un pensé-y bien !

  5. Merci, Pascale. Encore une fois très judicieux. J’ai corrigé mes paramètres de confidentialité. C’est toujours surprenant de constater combien ces petites bêtes (lire Facebook) ne travaillent pas pour notre sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *