Pourquoi je suis devenue travailleuse autonome

Photo: iStock

Quand j’ai pris la décision de quitter mon emploi, on m’a immédiatement demandé pourquoi. Pourquoi je quittais un emploi somme toute bien rémunéré, avec avantages sociaux, une belle équipe dynamique ainsi qu’un conseil d’administration, des clients et des partenaires en or.

Après plusieurs mois seule avec moi-même à réaliser des mandats de consultation, de formation et de coaching en marketing et sur les médias sociaux, je me sens prête pour effectuer un bref retour en arrière et vous raconter, cher lecteur, pourquoi en effet je suis devenue travailleuse autonome.

Lorsque j’étais à l’aube de la vingtaine, mon paternel m’a expliqué pourquoi il souhaitait quitter un super emploi, lire un poste dans la haute direction d’une organisation bien en vue: « Quand tu arrives dans un poste de direction, tu te fixes quelques grands objectifs. Lorsqu’ils sont atteints, c’est le moment de passer à autre chose ou encore, de se fixer de nouveaux objectifs et de travailler à les atteindre. »

Lorsque j’ai repris les rennes de mon organisation, je me suis moi aussi fixé des objectifs. Après 6 ans comme directrice générale, je les avais atteints et nous voguions avec une belle vitesse de croisière. Étais-je celle qui souhaitait continuer de piloter ce beau voilier trois mâts? J’ai décidé d’être honnête avec moi-même et avec mon conseil d’administration. Non, je n’étais pas la bonne personne pour amener l’organisme là où il se dirige tout doucement, mais sûrement, aujourd’hui. J’aurais bien pu m’accrocher au pouvoir, faire comme certaines directions générales et prendre pour acquis mon emploi. Mais ce n’était pas mon style.

Je commençais à avoir soif d’autre chose et aussi, je dois l’avouer, à être au bout de mon rouleau. Il y a plus d’un an, j’ai donc rencontré un chasseur de têtes pour valider ma candidature et aussi mieux connaître le marché de l’emploi pour un profil tel que le mien.

En moins d’une heure, ledit chasseur de têtes, que je remercie d’ailleurs, m’a carrément dit « Toi, tu es faite pour être à ton compte. Tu es une entrepreneure, pourquoi ne te lances-tu pas à ton compte? » Cette phrase m’a longtemps trotté dans la tête. Tellement, que j’ai un jour décidé de quitter mon emploi. Mais pas n’importe comment. Partir est une chose, mais partir proprement en est une autre.

Le défi de la relève ne se vit pas seulement dans les entreprises familiales. Il se vit aussi dans les organisations à but non lucratif. Il était important pour moi de minimiser les effets de mon départ.

Le transfert des connaissances à la nouvelle direction générale s’est fait sur plusieurs semaines et m’a permis de me lancer tout naturellement à mon compte. Je suis très heureuse aujourd’hui d’avoir fait le saut. J’ai un beau réseau de partenaires et de collaborateurs qui me permet de toucher à toutes sortes de projets. Et j’ai découvert le bonheur de bloguer. Pour le meilleur et pour le pire.

Maintenant, quand on me demandera pourquoi, je répondrai « allez donc lire mon blogue »!

Révision et correction: Rachel Fleury, solutions écrites

Bookmark and Share

2 Responses

    • Merci Marie-Jacques! Tu sais que tu m’as inspirée à faire le saut? C’est dur de plonger mais une fois fait, rien ne nous fera revenir en arrière!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *